Comment expliquer la hausse des créations d’entreprises ?

Hausse des créations d'entreprise en 2023

Avec un environnement économique particulièrement défavorable, une politique instable, une crise sanitaire difficile à franchir, aux défis de la transition énergétique et de la transformation digitale, le chiffre lié aux créations d’entreprises ne cesse de surprendre. Après un mois de janvier particulièrement en berne, le nombre d’immatriculations se redresse et accuse de nouveau une hausse surprenante. Un paradoxe difficile à expliquer, face aux différents indicateurs économiques défavorables. Essayons tout de même d’éclairer cette situation intrigante pour connaître les principales raisons de cette croissance.

Encore une hausse de +2 % en février 2023

Si l’année 2023 a débuté par un faible recul du nombre des créations d’entreprises, cette tendance n’a pas duré longtemps. Juste un mois après cette baisse, la situation s’est redressée. Le chiffre repart à la hausse à partir de février 2023, avec 86665 entreprises créées. Une hausse de +2 % a donc été enregistrée par rapport au mois de janvier où près de 84937 ont fait leur apparition.

Mais, en comparaison avec le chiffre enregistré par l’INSEE en février 2022, la hausse n’est pas très significative en un intervalle d’un an. À cette période, 86305 entreprises ont vu le jour. La différence n’est donc pas notable, avec une faible augmentation de 0,42 %. En général, l’année 2023 affiche donc un léger retard de 1 %, par rapport à l’année précédente. Même constat : cette hausse est loin d’égaler le record historique de 2021 où le chiffre frôlait le million. À la sortie de la crise sanitaire, les créations d’entreprises fleurissent pour atteindre le record historique de 995868 sociétés créées. Cette hausse spectaculaire s’est expliquée par le nombre très faible de créations pendant les confinements de 2020.

Découvrez aussi :  Choisir le régime de TVA de votre entreprise

Micro-entreprises : principal vecteur de croissance des créations d’entreprises

L’apparition de nombreuses micro-entreprises est la principale raison de cette hausse continue des créations. Les nouveaux entrepreneurs continuent d’arriver comme l’explique Génération-Entreprise. Cet engouement pour la création de micro-entreprises a suffi pour pallier la perte de vitesse accusée par les entreprises classiques. Selon le chiffre, près de deux créations sur trois constituent des auto-entrepreneurs.

Mais quel est l’intérêt de ce statut qui séduit de plus en plus de porteurs de projets ? Ce dynamisme de la micro-entreprise s’explique certainement par ses principaux avantages, aussi bien sur le plan fiscal qu’administratif et technique. Ce type d’entreprise bénéficie de régimes fiscaux avantageux :

  • Il n’y a pas de TVA à payer à un certain seuil d’encaissements qui varie en fonction de chaque type d’activité ;
  • Il est possible de choisir le mode de versement fiscal libératoire, sous certaines conditions ;
  • Le règlement des cotisations sociales et leurs modalités de calcul ont été simplifiés.

À ces avantages fiscaux s’ajoutent l’absence des risques particuliers et l’allègement des coûts de fonctionnement, comme la possibilité de se passer du service d’un expert-comptable.

Procédure de création d’entreprise simplifiée

Depuis l’adoption de la loi Pacte en mai dernier, la création d’entreprises a été simplifiée pour faciliter le début d’activité à tous les entrepreneurs, surtout les auto-entrepreneurs. Si un stage préalable à l’installation était auparavant requis, ce n’est plus désormais le cas. Dès son immatriculation, une micro-entreprise est immédiatement opérationnelle.

Cette forte hausse peut également être liée à la mise en place d’un guichet unique de créations d’entreprises qui permet de rendre plus simple et rapide la procédure. Grâce à un système complètement digitalisé, tout se fait en seulement quelques étapes. Géré par l’INPI (Institut National de la Propriété Industrielle), le guichet unique donne aux entreprises l’occasion de s’enregistrer directement au registre national des entreprises (RNE), sans passer par différents centres administratifs. Il suffit de vérifier les conditions du statut, constituer le dossier, faire une déclaration en ligne et lancer l’activité.

Découvrez aussi :  Comment devenir mandataire immobilier ?

Des secteurs particulièrement dynamiques

Une certaine disparité a été constatée sur le dynamisme de toutes les activités. En plus du statut d’auto-entrepreneur, d’autres secteurs ont connu une hausse importante du nombre des créations d’entreprises. C’est le cas du secteur « soutien aux entreprises » qui a accusé une augmentation de +5 %. Les activités immobilières tirent également leur épingle du jeu, tout comme les services aux ménages. L’industrie, la réparation automobile, le commerce et l’enseignement connaissent par ailleurs un véritable boom.

Les créations d’entreprises individuelles classiques, de leur part, ont reculé de 2,4 %. C’est également le cas dans les secteurs de l’hébergement et de la restauration. Et cette tendance pourrait s’amplifier au cours de 2023 pour certaines raisons, selon les analystes. En plus de l’incapacité de certaines entreprises à rembourser les PGE, le coût de l’énergie aurait des impacts majeurs sur la survie de certaines sociétés ainsi que l’envie des futurs entrepreneurs de se lancer dans l’aventure. À cela s’ajoute également la politique de relance des procédures de recouvrement qui aura lieu fin août. Le non-paiement des cotisations sociales et fiscales par les entreprises sera passible d’une assignation en justice par l’URSSAF. Cette situation pourrait faire peur aux porteurs de projets.